Michel en Suède: les nouvelles du mois de juin

Posted · Add Comment

Il faut une première fois à tout
Ce mois-ci était marqué en grand dans notre agenda FEGGA. Le premier des trois tournois majeurs était prévu et c’était aussi un événement historique. Lors du Scandinavian Mixed, qui a eu lieu à Vallda G&C, hommes et femmes se sont affrontés ensemble pour la toute première fois sur l’European Tour, et pour remporter le même prix. Ceci sur le même terrain de golf et avec des flights mixtes, seuls les tees étant différents. Cela représente un sérieux défi pour l’organisation de garder cette compétitivité tant pour les hommes que pour les femmes, mais cela a été un franc succès. Le top 20 semblait très ‘mitigé’ après le cut du vendredi. Cependant, les vents violents du samedi ont fait en sorte que les conditions étaient en faveur des hommes et que de nombreuses femmes ont donc perdu quelques places dans le classement. En fin de compte, Alice Hewson était la première dame à la 3e place, avec seulement deux coups de plus que le vainqueur Jonathan Caldwell. Toute l’organisation, avec Henrik Stenson et Annika Sörenstam en tête, s’est donc réjouie de cette expérience réussie qui mérite certainement d’organiser une suite.

Pour moi personnellement, le Scandinavian Mixed a également été une étape importante. C’était la première fois que je travaillais comme greenkeeper lors d’un tournoi international majeur. Par le passé, j’étais régulièrement présent en tant que spectateur à l’Open de Belgique et le KLM Open, mais en participant en tant que greenkeeper, vous regardez le tournoi différemment. Le dimanche précédant la semaine du tournoi, nous avons été reçus par le directeur du parcours et ancien joueur professionnel Johan Axgren et son assistant Niklas Andersson. Comme vous avez pu le lire dans mon blog le mois dernier, les golfeurs professionnels suédois envisagent plus régulièrement que chez nous de se reconvertir dans le greenkeeping après leur carrière professionnelle. Un avantage indéniable lorsque vous êtes responsable de l’entretien lors d’un tournoi d’une telle envergure. Pendant le discours de bienvenue et la visite qui a suivi, l’atmosphère détendue m’a véritablement frappé. Les attentes étaient élevées, mais avec plus de 30 greenkeepers, nous étions au complet afin de résoudre tous les problèmes éventuels, et sans trop de stress.

Vallda G&C, le Walhalla pour la fétuque rouge
Cela peut ne pas sembler grand monde pour un si grand tournoi, mais Vallda est un parcours de golf spécial. Ce terrain assez jeune a ouvert ses portes en 2009 et a été dessiné par Martin Hawtree, qui a trouvé son inspiration pour cela dans les landes écossaises. Du tee au green (et tout ce qui se trouve entre les deux et autour), tout a été entièrement semé avec de la fétuque rouge. L’entretien général se fait de manière très durable avec un minimum d’intrants afin de préserver la fétuque rouge. Cela suit par ailleurs aussi la philosophie de Jim Arthur, et qu’il a décrite dans son livre « Practical Greenkeeping » (que je recommande fortement!). Devons-nous fertiliser maintenant? Devons-nous arroser maintenant? Faut-il tondre maintenant? En cas de doute, ne le faites pas. En ce qui concerne le gazon à fines feuilles, les dommages en cas d’entretien incorrect sont souvent beaucoup plus importants qu’avec un entretien trop peu poussé.

Cette stratégie de limitation des intrants fait que les tontes sont fort espacées, même pendant la semaine du tournoi. Le grand défi était de ne pas rendre les greens trop rapides. Compte tenu de l’environnement ouvert et de la disposition du parcours, un objectif quotidien d’une vitesse de 10 sur le stimpmètre avait été établi. Des vitesses plus élevées sur ces greens durs en fétuque peuvent causer des problèmes, en particulier lors de vents forts. Trois à quatre fois par jour, le taux d’humidité et la dureté des greens étaient aussi vérifiées. Sur cette base et en tenant compte des prévisions, l’entretien était ensuite déterminé. Pendant la semaine du tournoi, tous les greens ont été tondus le lundi matin et le samedi soir. Mardi, seuls 6 greens spécifiques ont été tondus, contre 5 greens le mercredi. Comparez cela à un terrain de golf classique et dans la moyenne et vous savez que plus de 30 greenkeepers représente alors beaucoup de monde. Nous avons donc pu nous concentrer de manière optimale sur la finition des bunkers et la présentation générale du parcours de golf. Ou comme l’a dit Eddie Adams, le responsable agronomique de l’European Tour, « la différence entre bien et fantastique réside dans les détails ».

Le dimanche, Eddie Adams s’est montré très satisfait de la façon dont tout s’était déroulé. L’organisation nous a dit la même chose, donc l’ambiance était au beau fixe parmi les greenkeepers. Nous avons pu suivre le dénouement du tournoi dans une ambiance détendue et c’était en soi spécial. En raison du Covid, seuls quelques centaines de spectateurs ont été autorisés à entrer. Nous avons littéralement vu au premier rang comment Jonathan Caldwell a remporté sa première victoire sur l’European Tour. Le Nord-Irlandais a parlé dans son discours de victoire de la façon dont le parcours lui rappelait les terrains de golf de son pays d’origine et comment il l’avait apprécié. Et je peux certainement le rejoindre dans ce sens: ce fut une semaine fantastique sur un splendide parcours. Je tiens à remercier Johan, Niklas et toute l’équipe de Vallda une fois de plus pour l’hospitalité et la superbe expérience!

Un nouvel objectif
Bien sûr, il s’est passé plein d’autres choses ce mois-ci. Par exemple, nous avons visité Malmö FF, le plus grand club de football de Suède et avons bénéficié d’une excellente présentation de la part du head groundsman Johan Kellerman. Nous avons également reçu la confirmation que le Creekhouse Open (LET) pourrait se tenir début septembre ici à Kristianstad. En raison du Covid et du nombre possible de spectateurs, il fallait en effet encore un peu attendre. Maintenant que la certitude est là, nous avons un bel objectif à atteindre dans les mois à venir. Mais pour aujourd’hui, c’est fini. C’est Midsommar et ici à Åhus, qui abrite la distillerie Absolut, cela signifie profiter de la vodka et des harengs à la saumure. Bien sûr, il serait impoli d’ignorer les coutumes locales, il n’y a donc rien d’autre à faire que de participer… Hej så länge!

Par le passé, Michel Van Uffelen a exercé la fonction de greenkeeper principal pour les clubs de golf de Beveren et de Coxyde. Au cours des quatre dernières années, il était notamment responsable du terrain de football du Stade Roi Baudoin, ainsi que des terrains de différents clubs professionnels belges. Depuis le mois d’avril, il travaille et il étudie en Suède grâce au programme de bourses FEGGA.

Ce diaporama nécessite JavaScript.